Nuisances olfactives à proximité des PAV : du lixiviat à la bourjasotte !

Dans le cadre de la mise en œuvre de sa réforme tarifaire, le Syndicat du Bois de l’Aumône a décidé d’imposer un nouveau mode de collecte en installant dans tous les secteurs où la population est dense (centre-ville), des points d’apport volontaire (colonnes enterrées), et en supprimant parallèlement la collecte en porte à porte, pourtant obligatoire (Lire notre article).


De nombreux citoyens nous ont signalé des nuisances consécutives à l’installation de ces PAV, notamment des nuisances olfactives qui excèdent les inconvénients de la vie courante.
Ces mauvaises odeurs, dues au stockage des déchets fermentescibles, constituent un trouble anormal de voisinage et sont susceptibles de plaintes auprès de l’autorité judiciaire. Le juge saisi devra apprécier la nature du trouble en fonction de l'environnement urbain, rural, ou commercial et des usages locaux. Les tribunaux rechercheront s'il y a inobservation d'une réglementation ou une faute.
Nous demandons à tous les citoyens concernés par ce problème de nuisances de bien vouloir se faire connaître en envoyant un courrier ou un mail au Comité de Défense des Usagers, accompagné du formulaire à télécharger ici.
Le questionnaire sert à recenser tous les cas de nuisances en vue de "monter" un dossier de plainte auprès du Procureur de la République et du Directeur de l'Agence Régionale de Santé. Un modèle de lettre à adresser au Maire de votre commune vous sera fourni en retour.
Malgré le mécontentement grandissant des usagers, les élus municipaux restent muets sur le non respect de l'obligation de ramassage hebdomadaire, en porte à porte, à l'origine de ces mauvaises odeurs.
Seul le SBA essaie de justifier sa décision, en mettant en avant la concertation qu'il a mené avec ses partenaires (institutions - chambres consulaires - Valtom - Ademe - Trésor public - bailleurs sociaux - salariés). Malgré son démenti, nous soutenons que les usagers ont quelque peu été "oubliés", ou tout du moins, insuffisamment informés et consultés...

Figuier


Qu'à cela ne tienne, le SBA propose sa solution : Il a "opté pour un neutralisant d’odeurs sous forme de gel solide qui ne peut se répandre et ne présente pas de possibilité de contact avec les yeux, ni d’ingestion accidentelle. Ce gel de qualité alimentaire à signatures olfactives de figuier(**) et à diffusion naturelle par l’action de l’air sur celui-ci, est utilisé dans différents domaines d’application tels que les maisons de retraite, les chambres d’hôpitaux, de cliniques et d’hôtels. » (dixit M. Jean-Claude MOLINIER, Président du SBA).
De qui se moque-t-on ? Même si ça sentait la rose, les usagers refusent de lécher leur poubelle !

(*) lixiviat : eaux d'écoulement qui passent à travers les ordures ménagères.
(*) bourjasotte : variété de figues très recherchées.
(**) L’odeur du figuier, de sa feuille, de ses fruits… comment la décrire ? C’est une odeur à la fois sucrée, verte et boisée, très intense. Elle est chaude, crémeuse et enveloppante. Elle peut parfois rappeler l’odeur du lait de coco. (Source : Camille Lethu)

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir moins de 300 caractères
conditions d'utilisation.
  • Aucun commentaire trouvé