Les enjeux cachés de la Redevance incitative

Dans une longue lettre adressée le 8 septembre, le Comité de Défense des Usagers, coprésidé par Patrick Darbeau, Michel Dompierre et Ricardo Cachinero, interpelle les Maires sur les enjeux cachés de la Redevance Incitative que souhaite mettre en place le SBA.

Le président du SBA présente cette réforme comme étant le moyen ultime pour mettre en place un système plus juste, plus responsabilisant, plus vertueux pour améliorer la gestion de nos déchets et ainsi mieux en maîtriser les coûts.

Or, au-delà de l’augmentation qu’elle génère pour la plupart de nos concitoyens (augmentation que nous avons largement commentée par ailleurs), le président du SBA passe sous silence les enjeux administratifs et juridiques, budgétaires et financiers, sanitaires et environnementaux, sociaux et humains qui sont l’essence même du service public.

Les enjeux administratifs et juridiques : la perte des prérogatives de puissance publique et la soumission du service au droit privé

Les enjeux budgétaires et financiers : un budget spécialisé qui doit être  équilibré à tout prix et la soumission du service à la libre concurrence

Les enjeux environnementaux et de santé publique : le retour des décharges sauvages et les problèmes d’hygiène et de salubrité publique

Les enjeux sociaux et humains : la suppression d’emplois à cours terme et des foyers en difficulté

Les abords de la déchèterie de Riom en 2005
Les abords de la déchéterie de Riom en 2005 (route d'Ennezat) lors du mouvement de grève des agents du SBA (Crédit photo : P.Darbeau)

Pour le Comité de Défense des Usagers, le choix de s'opposer à la mise en place de la redevance, qu’elle soit incitative ou non, est un choix d’intérêt général, au delà des intérêts partisans.
Avec le projet de mise en place de la redevance, nous assisterons, une nouvelle fois, au démantèlement et à la casse du service public.

Pour en savoir plus

Ajouter vos commentaires

Poster un commentaire en tant qu'invité

0 / 300 Restriction des caractères
Votre texte doit contenir moins de 300 caractères
conditions d'utilisation.

Participant à cette conversation